(Chanson) Je m'voyais déjà chasser les sionistes

(Sur l'air de : "Je m'voyais déjà en haut de l'affiche" de Charles Aznavour)

 

A dix huit ans j'ai quitté ma province
Bien décidé à empoigner la vie
Le coeur léger et le bagage mince
J'étais certain de conquérir Paris
Chez le tailleur le plus chic j'ai fait faire
Ce complet bleu qu'était du dernier cri
Les incrustes, la télé et les serviteurs de Sion
Ont eu raison de mes économies.

 

Je m'voyais déjà chasser les sionistes
Je les déportais depuis le Marais par wagons entiers
Je m'voyais déjà adulé et riche
Signant mes photos aux admirateurs chez Patrice Drevet
J'étais le plus grand des antisémites
Faisant un succès si fort que les gens m'acclamaient debout
Je m'voyais déjà cherchant dans ma liste
Les prochains sionistes, vulgaires séfarades, qu'il faut déporter

 

Mes traits ont vieilli bien sûr par le retour d'âge
Mais la voix est là, le geste est précis pour le bras d'honneur
Mon coeur s'est aigri un peu en prenant de l'âge
Mais j'ai des idées, j'connais mon Logos, j'ai de la pudeur
Rien que sous mes fesses de sentir Poupeto
De voir devant moi un public assis j'ai le coeur battant
Pour m'aider Marine a mis son veto
Mais au fond de moi je suis sûr au moins que j'ai du talent

 

Mon canapé rouge, je l'ai vendu deux briques
A un gogo qui ne pense que par moi
J'prends des procès mais je me fais plein d'fric
Pour pouvoir briller je dis n'importe quoi,
Je n'ai connu que des succès faciles
Des boîtes de nuits et des filles à papa
Faire le conférencier, les fans à faire cracher
Le loft meublé à Saint-Germain-des-Prés.

 

Je m'voyais déjà en photographie
Au bras d'une star, l'hiver dans la neige, l'été au soleil
Je m'voyais déjà racontant ma vie
L'air désabusé, à des débutants friands de conseils
Je r'cevais calmement les soirs de première
Mille likes Facebok de cet Internet qui nous fait si peur
Et mourant de trac devant ce parterre
Entrer sur la scène sous les ovations et les projecteurs
J'ai tout essayé pourtant pour sortir du nombre
J'ai lu du Drumont, j'ai lu tout Céline et les livres d'Hitler
Si tout a raté pour moi si je suis dans l'ombre
Ce n'est pas ma faute mais celle de Marc Georges qui m'a tapé par derrière
On ne m'a jamais accordé ma chance
D'autres ont réussi avec des magouilles et beaucoup d'argent
Moi j'étais trop pur ou trop en avance
Mais un jour viendra, je leur montrerai que j'ai du talent.

Retour à l'accueil