Logorrhée soralienne : La Corée du nord

« Il se trouve que je suis membre, un peu par hasard mais je trouve ça assez chic, de l'association des amitiés franco-nord-coréennes. Je reçois régulièrement leurs invitations, ils ont un petit local à Pigalle.

Alors, ce que je dis sur le régime nord-coréen, c'est que de un : on ne sait pas trop ce qui s'y passe. C'est pas en faisant confiance aux médias mainstream... Il faut bien que vous vous imaginiez que si on est dans la résistance et la contre-culture, avant de donner un avis sur le régime de Pyongyang, il faudrait y aller. Moi je n'y suis jamais allé personnellement. J'ai des amis qui y sont allé travailler, dans des secteurs très étranges comme la bande dessinée ou le cinéma, parce qu'il y a un gros secteur cinéma et dessin animé en Corée du nord et ils m'en ont dit beaucoup de bien, hein voilà. J'ai connu quelques personnes qui ont fréquenté la Corée du nord, qui m'ont dit : "c'est pas du tout ce qu'on dit, ça peut se défendre !" Et c'est un pays qui a un gros problème d'embargo mondial, d'isolation, d'isolationnisme etc.

Si je veux pousser une réflexion intéressante sur le régime de Pyongyang, je remarque une chose : c'est qu'il y a évidemment dans ce régime de type communiste stalinien une dérive néo-monarchique, puisque le pouvoir se transmet dorénavant de père en fils, ce qui est la définition de la monarchie. Et ce qui est intéressant aujourd'hui, c'est que quand un régime authentiquement anti-impérial, au sens impérial américain, qui est un régime qui refuse l'hégémonie bancaire américaine, pour pouvoir perdurer sur une ligne de type un peu socialiste, il est obligé de muter en régime socialiste-monarchique. Et c'est intéressant si on fait une vraie analyse je dirais conceptuelle libérée de toutes les pesanteurs, c'est que finalement un monarchiste français, c'est-à-dire quelqu'un de l'Action française, devrait se réjouir finalement qu'un régime communiste, dont le but est d'échapper à l'hégémonie bancaire et bourgeoise mondiale, soit obligé d'accepter que pour pouvoir finalement tenir le choc face à la pression impériale, il est obligé de muter en monarchie. Et donc finalement un monarchiste devrait se sentir proche du régime de Pyongyang de ce point de vue-là. Parce que c'est un régime anti-bourgeois et néo-monarchiste, donc c'est comme ça qu'il faut l'analyser à mon avis.

[...] Donc en conclusion, il faut donc être anti-capitaliste et anti-bourgeois et donc anti-démocrate dans ce sens-là, et donc constater que ceux qui mènent ce combat jusqu'au bout sont des régimes de type théocratique, comme l'est la république islamique d'Iran -régime théocratique- ou néo-monarchique, quand ce sont des régimes laïcs et non pas religieux, comme la Corée du nord, hein. »

 

Live du 14 juin 2014.

Retour à l'accueil