LOGOS #8 : La contrefaçon du canapé sacré

Prologue

Pyongyang, Musée du Logos Patriotique du Peuple de la Lutte Antisioniste Rouge

La Relique trônait depuis toujours en place d'honneur du musée. Le Canapé. Un objet quasi-sacré, qui avait été imprégné de longues heures de la rhétorique d'acier slavo-aryen du Maître. En toucher ne serait-ce qu'un poil relevait d'un sacrilège impensable. Un visiteur inattentionné avait eu le malheur d'éternuer dessus une fois. Son exécution en direct à l'orgue de Staline avait été retransmise sur toutes les télés du pays (une trentaine à peu près). La conservatrice du musée, Mme Kim Kim Kim, avait encore les images gravées dans la mémoire.
Pourtant en ce froid matin (le chauffage étant encore tombé en panne), elle observait avec le visage le plus impassible qu'elle pouvait présenter l’opération devant elle. La cloche de verre blindée protégeant le saint meuble était relevée, et un des plus grands experts mondiaux, le docteur Azrail, diplômé ès-dissidence de l’Université Ayatollah-Khomeiny de Caracas, examinait la pièce. La rumeur disait qu'il avait même été ministre. La conservatrice déglutit en voyant l'expert se relever. Ce qu'il allait dire allait décider de sa tête (ainsi que de sa famille et de ses cousins jusqu'au 8e degré) mais trop de rumeurs, trop d’éléments suspects lui étaient parvenus. Elle devait savoir.
"Mme Kim," dit solennellement le docteur "votre canapé est un FAUX !"

 


Retrouvez les nouvelles aventures de l'agent Logos dans sa traque du réseau international (donc sioniste) de contrefaçon de canapés rouges. Notre héros devra faire une fois de plus appel à sa légendaire maîtrise de la savate et du bon sens gaulois pour affronter d'anciens ennemis décidément prêts à tout pour se faire un petit billet.

Retour à l'accueil