Conversano le surhomme (2/2) : Le fardeau de la race blanche

Entretien survivaliste avec Conversano (avec Vic Survivaliste, le pote québecois de Piero)

https://www.youtube.com/watch?v=yDsPruwJpuE

- Il va expliquer à Conversano à survivre sans RSA?

- Je garde pour un jour de repassage.

 

- On y apprend que les parents de Conversano votent FN mais sans grande conviction.
Que Daniel est content d'avoir un physique méditerranéen et qu'il pense qu'il serait plus "persécuté" s'il disait les mêmes choses en étant blond aux yeux bleus.
Qu'il a planifié d'avoir quatre enfants pour défendre la cause et qu'il se force à combattre son côté "artiste".
Que la civilisation chinoise n'a jamais rien apportée au Monde, c'est juste de très bons copieurs.
Que le fait que les noirs africains aient créés la culture de la sape démontre la supériorité du modèle occidental.
Que l'homme est intrinsèquement de droite, c'est la faute des médias s'il devient gauchiste.
Que Daniel respecte le nationalisme japonais et salue le racisme de Kémi Seba.
Que le musulman devient violeur car il se retient toute sa vie pour avoir les vierges au Paradis, du coup quand il voit des filles occidentales il craque. Encore une bonne raison contre l'immigration.
Que les chinois (encore eux !) et les africains en ont rien à foutre de l'écologie car ils sont trop nombreux sur terre.
Qu'il n'y a pas assez de juifs et de noirs méchants dans les films et séries télévisées (Elisabeth : alors il y a trop de quoi ? )

 

- Conversano qui relative le pillage des ressources africaines parce que bon, hein, les nègres y savaient pas quoi en faire ces cons, heureusement que le colon blanc est passé par là.

Conversano qui relativise aussi le génocide indien, parce que les blancs ont foutu les mecs dans des réserves pour "les préserver" et ça montre au fond, le grand coeur de l'occidental. Putain, mais Daniel, t'es magique quand tu veux.

 

- En butant au passage tout ceux qui voulaient pas être deplacé de force, mais c'est un detail.

 

- Le Conversano qui te parle de médailles Fields blancs, de médecins blancs, de prix Nobel blancs, de grands artistes blancs...etc on croirait que le mec fait partie de l'élite, alors que putain, le seul point commun de ce cassos raté avec ces grands hommes, c'est son taux de pigmenation cutané (et encore).

 

- Il a plus une tête à vendre des marrons chauds à opéra qu'à faire progresser la science.

 

- C'est ce que je trouve drôle avec Conversano, le décalage entre son discours suprémaciste, et la contribution réelle qu'il apporte à la race Blanche : il n'a pas d'enfants, ne produit rien ... Le bilan n'est pas nul, il est carrément négatif vu qu'il se vante de vivre sous perfusion sociale.

- Même sa dernière série "Vive l'Europe" est d'une médiocrité incroyable. J'en ai vu s'étonner qu'il parvienne à garder le rythme, mais il faut relativiser, ce n'est rien de plus qu'une discussion de comptoir avec des cas sociaux de son espéce, où ils finissent beurrés une fois sur deux.

- Aucune structure dans les débats, pas de montage de la vidéo ... Tout ce que ça lui coute, c'est d'acheter une bouteille de pinard à 5 euros ... Et même avec ça, cette tique parvient à oublier de charger les batteries de son caméscope.

- Si il était honnête avec lui-même, ce perdant irait se faire stériliser. Pour la race.

- D'ailleurs, ça me fait penser, je me demande où ils en sont de leur projet de village Français avec imprimerie et stand de tir. Ont-ils trouvé suffisamment de bénévoles pour retaper leurs taudis, où est-ce qu'il s'agit là encore d'un magnifique projet labelisé "dissidence française", mort au bout de 15 jours ?

 

- C'est toute l'histoire de ce raté de Conversano qui refuse de passer sa vie au PMU à écluser des jaunes en expliquant la politique accoudé au zinc.
Dans certains cas, les blancs estiment que la couleur de la peau justifie le versement d'allocs pour leur pomme, même sans avoir le moindre mérite. Tout en refusant ces même allocs aux autres, sur des critères à la géométrie très variable.

 

- Je suis en train de regarder la dernière vidéo de Conversano, je suis au moment ou il explique que c'est le cinéma américain qui a diabolisé les nazis.

Et qu'il y a surtout pas assez de juifs et de noirs qui jouent des rôles de salauds. Technique manipulatoire pour faire de l'homme blanc un méchant et le diaboliser, évidemment.

 

- La conclusion de Conversano : "la démocratie tue les blancs" avec une métaphore du paquet de clopes

Retour à l'accueil