Ryssen et Reynouard

-  Je voulais croiser l'éventuel info "exclusive" sur Ryssen dans les Porcs de Nabe, en comparaison avec son portrait(+interview) dressé dans le livre d'Albertini et Doucet, La Fachosphère (2016). 

-  Fin juillet 2009, Nabe rencontre Ryssen, petit ami de Caroline Henaff, un des personnages des Porcs.  
"Tout à fait doux, timide, avec des petites dents en avant de hamster sur la défensive, et un regard perdu. Caroline avait l'air de tout à fait le dominer, comme une maîtresse femme, il ne lui manquait plus que la laisse et le collier à clous. Dans le genre fasciste, je préférais largement Pierre Robin ! Pas drôle du tout le Ryssen, effacé et en même temps obsédé. Encore un qui était antisémite par racisme anti-métèque, vieille lune des années trente. Il n'aimait pas les Juifs parce qu'en gros un Juif, c'était déjà un Nègre, pas parce qu'un Juif était le contraire d'un Nègre. J'essayai d'entamer une discussion mais c'était difficile. Il n'y avait pas non plus un grand feeling qui passait entre lui et Soral."

Puis Caroline plaque Ryssen, trop "démocrate", puis vient le passage sur le pipi assis (soupçonné par Caroline) et le café au lit...


Et que disent Albertini et Doucet ?

 

-  J'ai lu le livre à sa sortie (automne 2016) et en gros, ils le faisaient un peu passer pour un thug par rapport aux autres personnalités abordées. Je ne suis pas vraiment amateur de sa production (je tiens à peine 5 min sur ses vidéos vu que je me fiche des pseudos complots juifs) mais vu qu'il est encensé par une certaine frange de extrême-droite, faut bien choper quelques infos pour cerner le lascar. 
 
Voici un petit survol en relisant en diagonale, les entretiens avec les journalistes (au téléphone et IRL) ont eu lieu en 2015. Je reprends les trucs qui m'interpellent (déjà connus sans doute): 
 
- Hervé Ryssen (HR) dit qu'il vend 2 à 3 de ses bouquins par jour et qu'il en vit pleinement. 
- Membre de l'Organisation communiste libertaire (OCL) jusqu'en 1992 
- HR sur cette époque: "......pour moi, le capitalisme était associé à la race blanche, je la détestais. La race blanche était la race oppressive et moi j'étais cosmopolite". 
- Il n'a pas fallu plus d'un an pour qu'il retourne sa veste (adhésion au FN en 1993). ".....tout ça pour une illusion cosmopolite" 
- Un gars du CNEP à l'époque: "......son patriotisme se résumait surtout à un combat antijuif
- A l'époque de son groupuscule "Unité amicale" et de ses années bastons, la justice découvre suffisamment d'éléments à charge pour qu'il soit reconnu comme potentiel terroriste de nos jours (listings, adresses et codes d'immeubles de personnalités comme Edwy Plenel, instructions pour bombes artisanales, etc.) 
- HR: "Je préfère être décapité plutôt que de donner un centime à la Licra" 
 
Son parcours est retracé sur une douzaine de pages.  
____________________________________________________________________ 
 
 
Comme ça m'a fait chercher le bouquin dans ma biblio, j'en profite pour mettre la fin du chapitre sur Vincent Reynouard parce que c'est le chapitre le plus déconcertant du livre, en mode "confidences sur le canapé du psy" (entretien IRL avec les auteurs). Pour faire putaclic, ça pourrait s'appeler "VR comme vous ne l'avez jamais vu". 
 
En prenant juste la dernière page avec tout d'abord l'expertise psychiatrique lors du compte-rendu de son procès en appel en 2015: 


"La personnalité de VR ne présente pas d'anomalie psychique à caractère aliénant mais a des troubles de la personnalité (orgueil démesuré, psychorigidité, esprit de système, inaffectivité et tendances passionnelles) sur fond de perversité (puisqu'il éprouve un plaisir à provoquer en développant ses thèses, n'a aucune compassion et est détaché des considérations humaines).

Rapport psy qui plaidera pour son emprisonnement ferme. 
 
Et le paragraphe final du chapitre avec déclaration de Reynouard que je vais retaper en entier parce qu'elle résume bien le personnage: 
 
"Lors de notre entretien, Vincent Reynouard lui-même reconnaissait être engagé dans une impasse: "C'est terrible à dire mais je n'ai plus aucune attache pour rien. Je me revendique "NS" mais je sais bien que la société a évolué et que ce système ne reviendra plus. Je me dis parfois qu'un jour, je m'apercevrai que j'ai fait fausse route, parce que j'ai eu une jeunesse malheureuse. On s'imagine toujours que les gens d'en face ont tort. Mais si c'était nous? J'imagine parfois que tout ce que j'ai fait l'ait été en vain. Que j'ai été une espèce de nihiliste qui ne laissera rien, sinon quelques vidéos sur Internet." "

Ryssen et Reynouard
Retour à l'accueil